MÉDITER : un nouveau droit pour tous

Les députés ont adopté, dans le cadre des 26 ordonnances prises en application de la loi d’urgence , le projet de loi qui prévoit, pour tous les actifs (travailleurs indépendants, salariés, professions libérales…), une journée de méditation imposée tous les mois.

A l’image de ce qui se fait déjà dans certains établissements scolaire, les députés ont jugé utile, suite au confinement imposé par l’urgence sanitaire, de mettre en place des mesures pour aider les français. Il sera de se ressourcer suite à cet épisode qui aura pu être, pour certain.nes, une sorte de traumatisme que personne n’avait anticipé.

Une fois retournés sur leur lieu de travail, les actifs reprendront leur activité, ils voudront rattraper le temps perdu pendant le confinement, ils feront beaucoup d’heures, le niveau de stress sera très fort, il sera nécessaire alors d’organiser, dans tous les lieux de travail : usines, cabinets d’avocats ou dentaires, hôpitaux, fermes etc, des séances, d’une journée par mois de méditation.

Une salle devra être prévue à cet effet et ces séances seront organisées par la direction. Tout le personnel devra consacré une journée par mois à la médiation pour se connecter avec son soi intérieur et retrouver une paix spirituelle indispensable pour absorber la période de crise que nous traversons.

Le gouvernement s’assurera que ces 12 journées seront bien programmées et organisées. Il mettra à disposition des employeurs, entreprises, associations, collectivités etc, des tutoriels gouvernementaux en ligne et engagera des financements pour augmenter l’emploi des jeunes en service civique sur des poste de « médiateurs ». Des formations seront assurées pour permettre aux jeunes de monter en compétences et proposer des programmes de méditation adaptés.

La loi devrait être promulguée pour une application dès le 1ER AVRIL !